Antoine de Saint-Exupéry a souvent confié à ses proches qu’il n’avait aucune disposition pour le dessin, alors même qu’il ne cessait d’esquisser figures et saynètes en marge de ses écrits. Il se désolait de ne pouvoir mieux contenter sa mère qui, pastelliste appliquée, s’était montrée si soucieuse de l’éducation artistique de ses enfants.

De ce sentiment, Saint-Exupéry fit un livre : “Le Petit Prince. Car le dessin est au coeur de la fable. Quand, bien plus tard, il rencontra dans le désert un jeune monarque à la chevelure d’or, ce fut pourtant tout de suite de dessin qu’il s’agit : “s’il vous plaît, dessine-moi un mouton …”. L’échange qui s’ensuivit confirma son intuition enfantine. Tout est dit : l’important dans le dessin est ce qu’il recèle et requiert de richesse intérieure, non ce qu’il figure ; et de là : “On ne voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux”

Le petit prince par Philippe TAstet

Dernières parutions

Philippe Tastet Edition
couverture kama-Sutra Illustré